Pourquoi devez-vous lire « Outplacement » d’Arnaud de la Croix ?

J’ai lu le livre Outplacement d’Arnaud de la Croix. Comme son nom l’indique, cet ouvrage – très court et datant de 2013 – parle de ce type de reclassement professionnel visant les salariés licenciés de plus de 45 ans et/ou qui affichent un préavis de plus de 30 semaines. Comme pour le documentaire La gueule de l’emploi, il va vous falloir le cœur bien accroché pour supporter certains passages.

Cet article consacré au livre Outplacement d’Arnaud de la Croix explique en quoi sa lecture peut-être un avantage si vous êtes actuellement concernés par une procédure de reclassement professionnel ou si vous allez y entrer prochainement. Vous découvrirez pourquoi il faut le lire, quels sont ses points négatifs et si je partage l’avis de l’auteur sur l’utilité du outplacement.

Des salariés licenciés comparés à des machines à laver

Le livre démarre de façon très forte : Arnaud vient de se faire virer d’une maison d’édition et profite des services d’une cellule de reconversion. La formatrice explique d’emblée : « Ne le prenez pas mal, je vais vous comparer à des machines à laver ». Sympa ! Elle ajoute qu’en entrant dans un magasin d’électroménagers – la salle qu’elle occupe au moment où elle prend la parole -, elle voit des cubes alignés, identiques avec le même hublot au centre. Qu’est-ce qui peut bien faire la différence entre toutes ces machines ? Son objectif sera d’aider les personnes virées à trouver leur projet professionnel.

A qui profite le statut de chômeurs ?

La formatrice se montre encore plus cash quelques pages plus loin : « On a du boulot quand vous n’en avez pas ! ». Dans sa préface, l’auteur va plus loin en ciblant les boites intérim : « Il s’agit d’un marché de l’emploi très profitable, concentré par l’essentiel, entre les mains de deux géants de l’intérim, ceux-ci tirent un double bénéfice de la crise de l’emploi. D’abord en procurant aux entreprises qui le souhaitent une main-d’œuvre temporaire sans qu’il soit nécessaire de courir le risque de l’engagement. Ensuite, en procédant au dégagement des collaborateurs devenus indésirables, une procédure qui porte le nom de l’outsourcing ». En clair, l’outsourcing, c’est la sous-traitance à des gens extérieurs de la prise en charge des corvées « d’après-licenciement »…

Utile pour mieux digérer les pertes d’emploi

L’autre point apprécié dans Outplacement est la description des différentes étapes entourant le licenciement : la surprise, le sentiment qu’on vit un cauchemar et qu’on va se réveiller, la prise de conscience, la colère, le doute de soi, la reprise et le courage, et la mise en action. Perso, j’avoue ne pas avoir connu l’état de surprise, de cauchemar éveillé, et de colère. Quant à la prise de conscience, elle s’est faite des mois avant mon licenciement. D’ailleurs, quand un proche me demandait : « Ca va au boulot ? », je répondais être plus proche de la porte que de mon bureau ! J’ai toujours eu un sens de l’analyse plus poussé que la moyenne, j’avoue !

Quelques conseils pour la rédaction des CV

L’auteur apporte aussi par son expérience quelques réponses aux questions comme « Dois-je mettre mes hobbies dans le CV ? », « Mon statut marital doit-il être spécifié ? », « Avec ou sans enfant ». Bon, parfois, on tombe dans les mêmes clichés que pour « La gueule de l’emploi ». Après l’épisode de la cravate, on a droit à « Si tu envoies ton cv par courrier alors qu’on le veut par mail, c’est que tu as un problème avec l’autorité. » Moi, j’aurais plutôt dit que tu as des problèmes de lecture, mais on va dire que l’interprétation des faits est une notion très subjective à notre époque sans encore s’encombrer avec des détails.

Les points négatifs de ce livre

J’ai moins aimé les remarques sexistes de l’auteur. Voir noté tous les trois paragraphes : « Elle est bonne…Elle est bonne dans sa minijupe », « Elle est célibataire ? », etc. Au bout de vingt pages, c’est gonflant ! D’autant plus quand le livre ne fait que 48 pages. Le peu d’épaisseur d’Outplacement mérite pour ça une croix dans la case « points faibles ». Mais ceux qui aiment moins la lecture seront ravis de ce court format. En une heure grand max, la lecture est terminée.

Le livre n’explore pas assez le vécu d’Arnaud de la Croix

J’aurais aimé en savoir plus sur ce que Arnaud de la Croix pensait du secteur de l’emploi en général, comment il a vécu son licenciement, etc. Là, il termine son récit par sa courte expérience dans l’enseignement. J’avoue que ce passage m’a beaucoup amusée. Surtout les commentaires du directeur : « Les gamins, ne les touche surtout pas, ne les effleure même pas, si non tu es mort ! » Triste réalité.

Mon vécu du reclassement professionnel

J’ai eu affaire à une cellule de reclassement professionnel après mon licenciement et je n’en garde pas un souvenir impérissable. La dame, une ancienne commerciale en produits pharmaceutiques recrutée par le cabinet après sa propre perte d’emploi, était très sympathique mais l’entendre se plaindre d’avoir à tourner dans le quartier pendant un quart d’heure alors que moi, je me farcissais une heure de train pour la retrouver tous les 15 jours était un chouia au-dessus de mes forces. Quand je lui envoyais mon CV pour le commenter, elle ne répondait jamais à mes mails. En interrogeant des proches autour de moi, beaucoup m’ont avoué que leurs séances avec leurs conseillers ne leur avaient été d’aucune utilité ! La lecture d’Outplacement m’a fait le même effet. Je ne suis plus la seule à m’interroger sur l’existence d’une telle obligation légale.

Outplacement est un mot qui ne se traduit pas en français, ce qui ne l’empêche pas de trimballer une chaine lexicale qui fait froid dans le dos : mettre dehors, déplacer, déporter (au sens de porter hors du cocon douillet de l’entreprise, déverser dans la rue, où les SDF meurent de froid).

Arnaud de la croix
Une femme blonde debout devant un tableau dans une salle de réunion
Après la lecture d’Outplacement d’Arnaud de la Croix, je ne suis toujours pas convaincue de l’utilité des cellules de reclassement professionnel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑